This website uses cookies. By using the site you are agreeing to our Privacy Policy.

25.02.2018 FUJIFILM

Histoire du développement du X-H1 #5 - Simulation de film ETERNA Partie 2 -

Les caractéristiques de la nouvelle simulation de film ETERNA sont décrites dans la partie précédente. Mais une question se pose : « Peut-on l’utiliser pour les photos ? » Nous avons posé la question à l’équipe de conception des traitements d’image en charge du développement du mode ETERNA.
« C’est possible. Cela fonctionne très bien dans certains cas. » Ce n’est pas la réponse que nous attendions, mais elle est satisfaisante. Nous devons prendre en compte les intentions et les caractéristiques d’ETERNA pour obtenir un bon résultat.
ETERNA propose une saturation très faible et une tonalité douce. Tel qu’illustré dans le graphique, il dépasse la grille lorsqu’on le compare avec d’autres modes de simulation de film. ETERNA n’est pas conçu de la même manière que d’autres modes de simulation de film, lesquels sont tous à usage photographique. PROVIA permet de prendre de magnifiques photos en toute situation, ce qui n’est pas forcément le cas de l’ETERNA. Mais si on l’utilise correctement, on obtient une vision unique de la réalité.

Jetons d’abord un oeil au Pro Neg.STD, la simulation de film qui se rapproche le plus d’ETERNA ! Le Pro Neg.STD est parfaitement adapté pour prendre des photos sous des lumières contrôlées, et pour les sujets aux saturations élevées.
Il est suggéré de traiter ETERNA comme une version particulière du Pro Neg. STD. La large plage dynamique et la tonalité douce reproduiront des ombres aux nuances délicates sous lumières contrôlées. Il permettra également au sujet de n’être pas sursaturé.
On utilise souvent Velvia pour la photographie de paysages, mais le rendu peut devenir excessif si la saturation du sujet est déjà trop élevée. Velvia est utile si l’on a besoin d’optimiser la saturation, mais lorsque celle-ci est assez forte, il est conseillé d’essayer ETERNA ou Pro Neg. STD.

Il est également souhaitable de traiter le mode ETERNA selon un schéma proche de son utilisation en cinéma, afin de compléter d’autres éléments propres au langage cinématographique. Dans le rédactionnel, par exemple, les photographies sont associées aux textes pour livrer un message. ETERNA est très utile dans ce contexte car il vient compléter l’écrit sans le perturber. Les images aux tonalités douces et peu saturées laissent le lecteur libre de se plonger dans un sujet.
La tonalité douce d’ETERNA s’exprime également très bien sur papier mat. Lorsque la partie rédactionnelle est imprimée sur papier mat, une expérience plus profonde est proposée au lecteur. Quand vous pensez une image en grand format, ETERNA sera un outil idéal.

Ce sont deux suggestions d’utilisation d’ETERNA en photographie, mais il y en a probablement bien d’autres. À l’époque du film, il était physiquement impossible de placer le film ETERNA dans un appareil photo, mais nous vivons aujourd’hui à l’ère numérique. Il n’y a pas de limite. Chacun peut essayer la simulation de film qu’il veut pour donner vie à ses idées.