This website uses cookies. By using the site you are agreeing to our Privacy Policy.

23.02.2018 FUJIFILM

Histoire du développement du X-H1 #4 - Episode 4 - Simulation de film ETERNA -

Associée à l’annonce de la sortie du X-H1, FUJIFILM propose la nouvelle simulation de film « ETERNA ». Le nom ne vous est peut-être pas familier, et vous vous demandez sans doute de quoi il s’agit. Le film n’était pas accessible aux consommateurs à sa sortie, et seule une poignée d’utilisateurs a pu en profiter.
Si cette annonce vous ravit, alors vos activités, d’une manière ou d’une autre, vous ont mis en contact avec les métiers du cinéma. « ETERNA » est en effet le nom d’une pellicule cinématographique de FUJIFILM.

« Quelle est la différence entre un film et une photo ? »
C’est une très bonne question.
« Un film n’est-il pas simplement une séquence d’images ? Cela ne devient-il pas un film lorsque la séquence dure longtemps ? »
C’est en partie vrai, mais lorsque l’on explore les intentions à l’oeuvre derrière chacune de ces activités, on découvre qu’elles sont souvent aux antipodes les unes des autres. C’est la raison pour laquelle FUJIFILM a développé des pellicules cinéma et des pellicules photo par le passé, et c’est pourquoi nous avons créé la nouvelle simulation de film « ETERNA » pour les travaux cinématographiques.

Examinons la différence entre les expressions photographiques et cinématiques.
Dans l’expression photographique, la communication s’inscrit dans un seul cadre. Les couleurs – élément important – sont mises en valeur pour livrer le message du photographe. Le bleu du ciel, par exemple, est rehaussé pour être aussi clair que possible et imprégner les mémoires. Les couleurs sont soutenues de sorte que l’image reste naturelle. Toutes les couleurs sont traitées de la même façon. Chez FUJIFILM, nous appelons la reproduction des couleurs la « Couleur d’Image ».

Le cinéma communique différemment.
Au cinéma, il y a le passage du temps, le mouvement des acteurs, les bruits et les voix. L’image cinématographique doit intégrer l’ensemble de ces éléments afin de créer un flux multiple harmonieux. Si la conception de l’image cinématique était réalisée, pour chaque scène, selon les critères de couleurs fortes propres à l’image photographique, alors ce flux ne serait plus aussi cohérent.
Au cinéma, la saturation est faible pour ne pas faire ressortir une couleur en particulièr. La tonalité est large afin de restituer l’ambiance de la scène. Telle est bien la particularité de la conception d’image cinématique. C’est ce qu’on appelle généralement « Le rendu cinéma » ou « Le rendu film ».

La simulation de film « ETERNA » est conçue pour offrir un « rendu cinéma » directement. La plage dynamique est large de 12 stops (IL). Les tonalités des lumières et des ombres sont douces. La différence est évidente par rapport à la simulation PROVIA (avec la plage dynamique réglée à 100 %).
La plage dynamique est comparable au F-Log. Les traitements de post-production restent possibles, ce qui est assez pratique.

Mais le plus important, c’est la conception de la couleur. ETERNA ne propose pas seulement une faible saturation.
Velvia est un bon exemple de Couleur d’Image. Si on la compare au PROVIA standard, on constate qu’elle ne propose pas seulement une saturation élevée. Le niveau de saturation est ajusté pour chaque couleur principale. Au bleu, par exemple, est ajouté une touche de magenta, pour proposer un ciel bleu impressionnant. On obtient la Couleur d’Image en faisant travailler les couleurs les unes avec les autres. C’est un art d’accentuation.

C’est la même approche pour le Rendu Cinéma, mais en sens inverse.
La saturation est diminuée et est légèrement ajustée sur chaque couleur principale. Une touche de magenta est ajoutée au bleu pour composer la Couleur d’Image, mais pour obtenir l’effet cinéma, la couleur est déplacée vers le cyan. Le ciel bleu en arrière-plan viendra alors compléter l’histoire. Le Rendu Cinéma ressemble à un art de la retenue.

Les intentions propres à l’expression cinématique sont différentes de celles de la photographie. Elles font bien partie de l’héritage FUJIFILM. En 1934, lors de sa fondation, FUJIFILM produisait des pellicules cinématographiques. Notre aventure avec le cinéma est en réalité plus longue qu’avec la photographie.

CATEGORIES

Produits en vedette