This website uses cookies. By using the site you are agreeing to our Privacy Policy.

19.02.2018 FUJIFILM

Histoire du développement du X-H1 #2 - Partie 2 -

Nous allons découvrir ici l’intérieur du boîtier X-H1. Des dispositifs inédits apportent de nouvelles fonctionnalités à l’appareil photo. Afin d’optimiser les performances, ces dispositifs jouent un rôle important. Le X-H1 étant plus robuste, bénéficiant d’un châssis plus épais, cela permet l’installation de nouveaux dispositifs impensables sur les modèles précédents.

L’un des nouveaux dispositifs du X-H1 est le module de stabilisation d’image (IBIS). La réalisation du premier IBIS pour monture X fut un grand défi. Notre priorité première restait la qualité d’image, c’est pourquoi nous avons souhaité le niveau le plus élevé dès le départ. Cela n’a pas seulement été un défi pour l’équipe de développement, mais aussi pour celle en charge du design extérieur.
Nous reviendrons plus en détails sur l’IBIS ultérieurement, et nous serons brefs. En quelques mots, ce module est pensé pour offrir les meilleures performances, mais cela serait impossible en l’intégrant simplement dans l’appareil photo.
Le module IBIS est pris en charge par la structure endosquelettique. Sa structure possède une forme complexe ; c’est pourquoi le magnésium, très facile à travailler, a été choisi. Le châssis est extrêmement épais. Il constitue en lui-même un support stable, mais des renforts en acier y ont été nécessaires pour le consolider. Ainsi, même si le module IBIS vibre à vitesse élevée, il ne bougera pas d’un pouce.

Pour supprimer le flou, l’IBIS se déplace pour compenser un mouvement extérieur tel qu’une prise en main un peu brusque du boîtier. Cependant, les vibrations proviennent également d’évènements internes : ce sont typiquement des chocs liés au déplacement du miroir ou de l’obturateur. Puisque le X-H1 est un appareil photo hybride, il n’y a pas de choc lié au miroir. Il y a toutefois des vibrations causées par le fonctionnement de l’obturateur. Les Séries X ont été conçues pour faire face au choc généré par l’obturateur, comme vous pouvez le voir dans l’article ci-dessous.

 Obturateur plan focal

Cependant, c’est encore un autre problème pour un appareil doté d’un module IBIS. Le capteur n’est pas fixé à un élément du châssis, il devient alors plus sensible aux chocs. Des contre-mesures de niveau plus élevé pour absorber les vibrations sont nécessaires.
En bref, la transmission des chocs doit être supprimée pour résoudre le problème, mais l’obturateur se trouve juste face au capteur. Comment y remédier ?
L’utilisation de ressorts est notre réponse. L’obturateur est suspendu grâce à cinq ressorts agissant comme des amortisseurs au moment où le déclencheur est libéré. Ainsi, la vibration n’est pas transmise aux autres éléments se trouvant dans l’appareil photo.

La tension de chacun de ces cinq ressorts est différente car le rôle de chacun est différent lorsque le déclencheur est actionné. L’effet de cette contre-mesure est stupéfiant. L’impact du déclenchement sur la qualité d’image négligeable.

L’amortisseur contribue également à limiter le bruit émis par l’obturateur. Découvrez-en les avantages dans les vidéos suivantes de Robert Falconer et Fabio Lovino !

 

X-H1: Robert Falconer x Cinema Still “Luchador” -Proud of-

 

X-H1: Fabio Lovino x Cinema Stills -Proud of-

Pour terminer, parlons de l’amélioration des performances vidéo !
La durée de prise de vidéo continue du X-H1 est 1,5 fois plus longue que sur le X-T2. Une prise de vue 4K nécessite une puissance de traitement élevée et est donc soumis à un limiteur pour éviter la surchauffe du système. Comment le X-H1 peut-il filmer plus longtemps que le X-T2 alors que les deux appareils photo utilisent le même dispositif ?
La réponse est dans la structure même du boîtier. Le X-H1 bénéficie d’un dissipateur thermique pour évacuer vers l’extérieur la chaleur générée par le processeur. En transférant la chaleur absorbée par le dissipateur thermique vers l’avant et l’arrière de l’appareil, la chaleur est évacuée plus rapidement vers l’extérieur protégeant ainsi les éléments fonctionnels de l’appareil.

Pour obtenir les plus hautes performances d’un appareil, sa structure est essentielle.
Nous nous intéresserons ensuite à la structure du boîtier.