This website uses cookies. By using the site you are agreeing to our Privacy Policy.

05.02.2021 Cat Ekkelboom-White

L’art de la photo de mariage en hiver

Cat Ekkelboom-White

Cat est une photographe reconnue pour ses aventures et expérimentations photographiques, y compris en photo de mariage. Née en Angleterre, Cat vit aujourd’hui à Innsbruck dans les Alpes autrichiennes. Elle y  mène de front sa passion pour les grands espaces et la photographie de mariage et à créer “Photographier des liens naturels » (Wild Connections Photography), une activité spécialisée dans les photos de mariage au cœur de l’aventure pour les couples à la recherche d’un oeil différent pour immortaliser le jour de leur mariage.

Pendant les mois d’été, Cat randonne et l’escalade les Alpes et les Dolomites, parfois pendant plusieurs jours, avec ses couples en mal d’aventures, et elle saisit chaque étape de leur expérience.

Ses précédentes expériences de professeur de ski et de snowboard s’avèrent utiles en hiver, lorsqu’elle rejoint les couples sur les pistes pour les mariages à ski ou snowboard.

Ses images à couper le souffle nous font vivre un grand sentiment d’aventure autour de la beauté des lieux naturels tout en partageant le lien unissant les couples qu’elle photographie.

Nous avons interrogé la photographe de mariage au cœur de l'aventure, Cat Ekkelboom-White, sur ses techniques pour saisir l’intensité de cet événement dans des paysages d’hiver. Lisez cet article et profitez de ses conseils pour vous en inspirer.

Parlez-nous de vous en tant que photographe de mariage.

J'ai grandi dans le Suffolk au Royaume-Uni et j'ai étudié la musique à l'université de Leeds, puis j'ai pratiqué plusieurs  activités artistiques durant quelques années. Avec le peu d’argent gagné, et comme il y avait un centre de ski d’intérieur à proximité, j'ai suivi un cours pour apprendre à « faire du snowboard en une journée". L'apprentissage du snowboard est arrivé à un moment difficile de mon existence et cela m’a en quelque sorte dynamisé. En un claquement de doigt, j'ai quitté mon travail et je suis parti dans les Alpes pour travailler durant la saison d'hiver. J'ai obtenu mon diplôme de moniteur de ski et de snowboard. Alors que je travaillais dans une école de ski en Autriche, j'ai rencontré mon futur mari. Nous avons décidé de nous installer à Innsbruck. Ce n'est qu'après notre mariage que j'ai découvert la photographie et décidé de devenir photographe.

FUJIFILM X-T3 + XF56mmF1.2 R - F3.2, 80 ISO, 1/200 sec

Quels conseils d'équipement donneriez-vous à quelqu'un qui envisage de suivre votre exemple ?

J'ai commencé, comme beaucoup de photographes, avec un DSLR et un objectif en kit. Puis j'ai ajouté des focales fixes, des zooms, puis un second boîtier. Par la suite, j'ai évolué vers des boîtiers plein format, car c'est ce que l'industrie vous enjoint de faire en tant que photographe de mariage. Avant même de photographier des mariages sur des terrains d’aventures, j'ai commencé à souffrir du poids de tout ce matériel et le vivre comme un handicap.

Après l'une de mes premières échappées à ski en 2018, j'ai compris que quelque chose devait changer. Le poids des boîtiers de reflex numériques, des objectifs et de tout le matériel nécessaire le jour d'un mariage était si pénalisant que je ne me sentais plus en sécurité en skiant avec un sac de près de 10 kg sur le dos.

En été, lorsque je ne travaillais pas, je sortais rarement avec un appareil photo, parce que je ne voulais pas m’encombrer d’un poids supplémentaire durant mes randonnées ou mes escalades en montagne. 

FUJIFILM X-T3 + XF16-55mmF2.8 R LM WR - F2.8, 400 ISO, 1/2500 sec

J'ai exploré avec l'idée de me procurer un appareil plus petit pour mes usages personnels et, lors d'une conférence, j'ai jeté un coup d'œil au système FUJIFILM. Je me suis tout de suite senti à l'aise avec un X-T2 entre les mains. J'ai été super impressionné par sa taille et son poids. Tout m'a semblé intuitif. J'avais vu la qualité d'image que d'autres photographes FUJIFILM produisaient à l'époque, et j’ai tout de suite compris que je pouvais évoluer en toute confiance du plein écran à l'APS-C. J’ai sauté le pas immédiatement, puis un an plus tard j'ai acheté un deuxième appareil photo, le FUJIFILM X-T3.

Votre équipement photographique ne doit pas vous empêcher de réaliser les images que vos clients souhaitent réaliser. Lorsque je faisais des prises de vues avec un reflex numérique, la taille et le poids de cet équipement me limitaient. Je n'ai plus ce problème avec FUJIFILM – Rien ne me gêne ou ni me retient.

Je ne pense pas que le système FUJIFILM puisse être pris en défaut en termes de qualité d'image malgré un boîtier aussi léger et discret. Et ce n'est pas parce qu'il est petit et compact qu'il n’est pas résistant. Le mien affronte des températures de -15°C et des tempêtes de neige.

FUJIFILM X-T3 + XF16mmF1.4 R WR - F2.8, 1250 ISO, 1/125 sec

Quelle est votre approche, non seulement technique, mais aussi relationnelle avec vos clients, pour créer vos images.

Même si j'aime les plans larges, de type paysage, j'aime travailler avec une faible profondeur de champ en photo de mariage. En général, c'est parce que je préfère avoir plus de contrôle sur la vitesse d'obturation et sur la sensibilité ISO, mais c'est surtout parce que j'aime séparer mon sujet de son arrière-plan. Cela peut être amplifié avec la perspective aplatie d'un téléobjectif. J'aime beaucoup la douceur obtenue avec une faible profondeur de champ. Mais il y a des cas où je me fixe à F5.6 ou F8 quand le paysage impose la netteté ou s'il y a du mouvement.

Travailler avec mes clients est un processus collaboratif. J'apprends à les connaître dans les mois qui précèdent le jour "J" afin qu'ils me fassent totalement confiance et qu'ils se sentent parfaitement à l'aise pour me fixer des limites. Ils savent que je leur donnerai quelques indications au début, mais si les choses se passent bien, je les laisserai faire ce qu'ils veulent. J'ai l'habitude de donner beaucoup d’encouragements, mais peu de directives. Je bavarde pour détendre l’atmosphère, puis au fur et à mesure, je m'éloigne et je les laisse faire.

FUJIFILM X-T3 + XF16-55mmF2.8 R LM WR - F2.8, 80 ISO, 1/640 sec

En photo de ski et de snowboard, il y a beaucoup de changements de rythmes, des arrêts,  de démarrages. Je connais à l’avance la direction et la position des corps recherchées pour obtenir les meilleures images. Je contrôle la lumière, l’arrière-plan, la pente et je donne des directives. Habituellement, je fais skier mes clients sur quelques virages, avant de les arrêter et de répéter. Mais cela dépend beaucoup des conditions ! S'il fait vraiment froid ou si les délais sont courts, je n’ai parfois qu’une seule bonne prise.

Les appareils FUJIFILM me permettent de photographier les mariages et mes expérimentations dans les endroits les plus difficiles sans me freiner. Ils sont faciles et intuitifs à utiliser et, lorsque je suis poussée dans mes derniers retranchements, je n'ai pas à me soucier des réglages de l'appareil. J’ai la certitude de pouvoir les emporter et qu'ils ne me laisseront pas tomber.

FUJIFILM X-T3 + XF16-55mmF2.8 R LM WR - F2.8, 160 ISO, 1/200 sec

Quels sont les enjeux de la photographie de mariage en hiver ? Quels sont les pièges à anticiper ?

J'adore les mariages en hiver, et l'hiver en général. Les paysages gelés, scintillants, le soleil bas dans le ciel et la lumière hivernale spectaculaire - tout cela ajoute une réelle beauté aux photos de mariage. Mais cela ne va pas sans quelques défis.

La lumière reste la difficulté la plus évidente. J’ai travaillé sur un mariage dans le nord de la Norvège en décembre dernier et cela suppose de se satisfaire de la nuit polaire car le soleil ne se lève pas du tout. Il n’y a que trois heures « bleues » pour une séance de neuf heures ! J'étais assez nerveuse quant au rendu final des images, car je ne pense pas être descendue en dessous de 640 ISO de toute la journée. Mais le couple les a adorées. Comme vous n’avez pas assez de la lumière, il faut faire des compromis sur vos réglages. Il est bon de réfléchir à la manière de gérer cela. Demandez-vous : « Quand devrais-je commencer à utiliser le flash ? » Si vous avez informé vos clients des limites liées au peu de lumière et que vous les encouragez à donner la priorité aux portraits en plein jour - je l'ai d'ailleurs précisé dans mon contrat - il est tout à fait possible de réaliser de superbes photo de mariage en hiver.

FUJIFILM X-T3 + XF16-55mmF2.8 R LM WR - F5.6, 640 ISO, 1/2500 sec

Lorsqu'il s'agit de mariage en hiver, la température est aussi un obstacle, à la fois pour le couple et pour la photographe. De nombreux couples ont une vision très romantique du mariage en hiver. Ils ont une vision incroyablement optimiste de la durée durant laquelle la mariée peut tenir dans sa ravissante robe par temps froid. J'ai perdu le compte des couples certains de pouvoir tenir le coup, mais il est clair que leur langage corporel montrait leur inconfort. Cela ne concerne pas seulement les Alpes, où on peut atteindre -20 °C, mais aussi l'Irlande, où cela s'est produit en mars. Les couples veulent vraiment une cérémonie en plein air et des portraits étonnants, mais ils ne réalisent pas à quel point il fait froid lorsqu’on tient la pose. J'encourage mes couples à porter des jambières en laine polaire et des sous-vêtements thermiques sous leurs vêtements de mariage. Un sac avec des vestes et des gants est également idéal pour faire des pauses et se réchauffer si nécessaire. Il est important de prévoir cela dans le planning. Je prends souvent un thermos de thé pour réchauffer tout le monde.

FUJIFILM X-T3 + XF50-140mmF2.8 R LM OIS WR - F2.8, 500 ISO, 1/1250 sec

Vous êtes devenue un exemple pour les photographes de mariage. Quelles erreurs les photographes débutants commettent-ils et comment les éviter ?

Beaucoup de nouveaux photographes suivent les modes plutôt que d’essayer de trouver leur style photographique, leur « créneau » et leurs clients « cibles ». Je crois en l’élaboration d’une activité et d’un savoir-faire mettant en harmonie les valeurs du photographe. Les clients vous apprécieront beaucoup pour cela.

Les « échappées en plein air » sont devenues une grande tendance tout au long de la crise de la Covid-19, et beaucoup de photographes veulent s'en emparer. Le nombre de personnes proposant ce style d’images a augmenté, en particulier parmi les nouveaux photographes se constituant un « portfolio ». Au début, il est difficile d'attirer des clients sans avoir un tel « portfolio », mais sans réservations, votre « portfolio » ne se développe pas. Cela ressemble à une impasse. 

C'est pourquoi les gens assistent à ateliers photographiques organisées par d'autres photographes pour photographier une cérémonie mise en scène. Même si cela semble être une excellente idée, elle peut jouer contre eux. Les clients potentiels veulent voir des exemples de couples réels et lorsque des images de la même séance de photos apparaissent dans les portfolios d'autres photographes, la concurrence est faussée.

Lorsque je conseille des photographes qui ont exploré ces pistes et qui ont encore du mal à trouver de vrais clients, je leur recommande d’organiser leurs propres séances de photos avec de vrais couples. Ils peuvent le faire en appelant des mannequins et en organisant la journée comme si c'était un vrai mariage. L'organisation, la direction du couple, la communication avec les personnes pour les mettre à l'aise est une expérience que vous pourrez transmettre à vos potentiels clients.

Vous voulez créer de superbes portraits de mariage ? Voici quelques conseils pour que votre appareil photo soit votre meilleur allié...

FUJIFILM X-T3 + XF16mmF1.4 R WR - F1.6, 640 ISO, 1/250 sec

Cadrer des portraits de mariage

Lorsque vous créez des portraits pour un mariage, il est essentiel que vous soyez pleinement engagé auprès du couple. Voici quelques conseils pratiques pour choisir les bons réglages afin de passer le moins de temps possible à regarder votre appareil photo et être libre d’interagir avec votre sujet.

Diaphragme : Utilisez une grande ouverture pour créer un bon bokeh est une excellente idée en portrait. C'est une approche qui met l'accent sur les sujets au premier plan. Pour plus de facilité, nous vous recommandons d'utiliser le mode de priorité à l'ouverture.

ISO

Réglez Auto ISO pour augmenter la sensibilité ISO si la vitesse d'obturation descend en dessous de 1/100 sec. Cette opération s'effectue dans le menu principal de l'appareil :

  • Pressez MENU OK, descendez jusqu’au menu « CONFIGURATION PRISE DE VUE » et choisissez PARAM. AUTO ISO
  • Pressez OK pour choisir la présélection AUTO voulue (càd AUTO 1).
  • Réglez la SENSIBILITE PAR DEFAUT à la valeur la plus basse (càd 160 ISO ou 200 ISO).
  • Réglez la SENSIBILITE MAX. à 1600 ISO, ou à toute autre valeur satisfaisante pour vous en termes de grain.
  • Réglez la VIT OBTURATION MIN à 1/100 sec.
  • Appuyez à mi-course sur le déclencheur pour revenir au mode de prise de vue.

AF

La détection des visages et des yeux AF se charge de positionner le point AF pour vous, ce qui est très pratique. Vous pouvez l'activer à partir du menu Q ou du menu principal de l'appareil. Lorsque cette fonction est associée au mode AF continu, vous n’avez plus à réfléchir à la mise au point.

S’adapter aux températures froides

« Le froid pose de multiples problèmes » selon Cat. « Tout d'abord, il y a celui de la diminution de l’autonomie des batteries. Pour m'assurer que mes batteries rechange restent chaudes, je les garde dans une poche intérieure proche du corps. Une seule se trouve dans une poche extérieure facile d'accès, au cas où il faudrait procéder à un changement rapide en cours de prise de vue ». Mais le froid et l'humidité ont également un effet sur l'objectif, surtout lorsque vous passez de l'extérieur à un intérieur chauffé.

« Au début de ma carrière de photographe, j'ai été surprise à plusieurs reprises en train de suivre un couple de l'extérieur puis passer dans un lieu fermé, mon objectif devenant complètement embué », poursuit-elle. « Dans les cas où cela est possible, je place maintenant un appareil photo à l'intérieur du lieu chaud, prêt à servir. Sinon, je l'emporte avec moi dans un sac fermé isotherme, afin de pouvoir changer d’appareil et continuer à travailler pendant que l'autre appareil remonte en température ».