This website uses cookies. By using the site you are agreeing to our Privacy Policy.

15.10.2020 Wladimir Simitch

#SOOC: Wladimir Simitch x X-S10

Wladimir Simitch

Wlad Simitch est un auteur- photographe depuis bientôt 10 ans. Il est basé à Paris. Après avoir étudié le droit et le cinéma, il a travaillé dans la production cinématographique avant de revenir à ses premières amours : la peinture, la sculpture, qui ont pour lui un contact direct avec le monde réel. Il découvre la photographie plus tard, découvrant l’espace, la lumière, l’instinct et les relations humaines……une sorte d’équilibre entre l’oeil et le coeur. Il envisage la photographie comme un outil d’exploration sensorielle et sociologique. Depuis 2010, il a travaillé sur des documentaires  aborandants des sujets autour de la perception et de la place de l’homme dans son époque. Parallèlement, il a réalisé des travaux institutionnels, des reportages et des portraits en France pour de grandes entreprises..

Le X-S10 et moi

J’ai eu la chance de pouvoir photographier un couple de danseurs de hip-hop et « breakdance » avec le X-S10. Ce petit bijou a été un allié de taille dans cette aventure !

Commençons par la qualité de ses images! Fujifilm est très généreux quant aux possibilités de réglage des jpeg. Le photographe peut choisir différentes simulations de films pour ajuster son rendu final mais aussi modifier le niveau de détails, de saturation des couleurs, de netteté, d’effet de grain, de tonalités dans les hautes lumières, les ombres et j’en passe. Le viseur électronique nous met tout de suite face au rendu final de la photo. La qualité des jpeg est bluffante, on peut aisément se passer de post-production. Ce dont j’ai beaucoup profité. J’ai opté pour un format 16/9, une simulation de film Négatif Classique, une légère désaturation, plus de netteté, j’ai fait confiance à la balance des blancs automatique. J’étais pleinement satisfait du résultat !

L’écran orientable permet, par exemple, de shooter en contre plongée sans avoir à s’allonger au sol ou à déclencher à l’aveugle. L’utilisation de l’écran combiné à la détection de visage, au mode rafale et à l’autofocus continu forme un quatuor très efficace pour pratiquer la « street photography » en toute discrétion ou shooter mes danseurs de hip-hop sans rien perdre de ce qui se déroule sous mes yeux. Le mode rafale permet de shooter de 3 à 30 images par seconde, c’est hallucinant ! Il existe un raccourci et d’un simple bouton, je peux accéder directement à ce mode ainsi qu’à une palette d’autres fonctionnalités telles que les différents bracketing (iso, simulations de films, balance des blancs…), un mode HDR… Autre avantage par rapport aux reflex, l’obturateur électronique est silencieux, même en mode rafale. C’est à peine croyable lorsqu’on est habitué au bruit des obturateurs mécaniques des reflex.

Autre point fort… je pratique la photo depuis 8 ans, avec des reflex très encombrants et j’en subis les désagréments ! Mais j’ai durant tout ce temps pris des habitudes : la manipulation du matériel est devenue pour moi comme une seconde nature ! Ce nouveau boîtier arrive à point nommé : non seulement l’insupportable encombrement disparait, mais je ne bouleverse pas mes habitudes acquises depuis de longues années. En effet, le X-S10 est doté d’une molette de réglages me permettant d’activer les mêmes modes ! En un clic, j’ai accès à une prise de vue en priorité vitesse, ou priorité ouverture, en mode programme ou manuel et je dispose de 4 modes personnalisables…C’est ultra pratique. Je suis tout de suite opérationnel. Il m’arrive au cours de certains reportages de suivre des personnalités politiques de premier plan, je dois être réactif. J’enregistre au moins deux, voire trois différents réglages personnalisés. Avec les X-S10, cela reste non seulement possible mais l’interface me propose un vaste choix de personnalisations !

J’ai éprouvé une grande sensation de liberté en photographiant les danseurs Juliette et Kamil avec cet appareil. Le X-S10 est léger comme une plume et offre un vrai confort dans l’action ! J’ai décidé de ne plus infliger de douleur à mon dos en portant dix kilos de matériel. Je voyagerai dorénavant avec des boîtiers et des objectifs plus légers, sans jamais renoncer à la qualité des optiques et aux performances des boîtiers. Le X-S10 couplé à la large gamme d’optiques à monture X Fujifilm et au flash EF-60, permet de bénéficier de confort. On est au top en terme de qualité et de légèreté !

L’ergonomie du boîtier a été très bien pensée. Le grip permet une bonne prise en main. La petite butée pour le pouce droit procure une bonne stabilité. Les mains viennent se poser naturellement et les doigts trouvent les boutons de raccourcis facilement. J’ai beaucoup utilisé ces raccourcis lors du shooting. Il y a également quatre molettes configurables sera les besoins de chacun. Le design est sobre, les lignes ont la patte de fabrication Fujifilm. Il y a un accès USB C (et HDMI) pour télécharger les images sur ordinateur et de recharger la batterie, une connectivité wifi et bluetooth. Tout ceci est ultra pratique et permet de choisir entre plusieurs modalités d’utilisation.

Je recommande ce X-S10 aux photographes venant de l’univers du reflex et souhaitant passer à l’hybride. Ils pourront rester fidèles à l’ergonomie générale d’un reflex, aux choix de réglages, de modes, d’interfaces et garder leurs habitudes de travail tout en bénéficiant d’un matériel léger, compact, qualitatif et moins cher !