This website uses cookies. By using the site you are agreeing to our Privacy Policy.

10.12.2019 James Byrne

De délicieux portraits culinaires au GF120mmF4 R LM OIS WR Macro

James Byrne

James Byrne est un photographe d’art culinaire et de style de vie basé à Newcastle Upon Tyne, au Royaume-Uni.

La photographie culinaire est un genre qui n’a jamais cessé d’inspirer les photographes. Car il n’y a jamais deux plats identiques, la liste des ingrédients et des recettes intéressantes à photographier est infinie. J’ai passé la dernière décennie à saisir les aliments sous différentes formes. Du coup, je pense que mes connaissances sont assez étendues dans ce domaine. Au cours des dernières années, j’ai travaillé avec des chefs cuisiniers de tout le Royaume-Uni qui créent des plats incroyables avec des ingrédients qui me sont inconnus ou que je ne m’imaginais même pas manger !

Les chefs ont un sixième sens pour la nourriture. Leur travail consiste à s’imprégner des textures et des saveurs et de trouver comment ils peuvent être complémentaires dans une assiette. Mon travail est de transmettre la délicatesse et la promesse de saveurs de leur création dans une photographie plaisante.

Cependant, lorsque vous passez beaucoup de temps à photographier des plats étonnants, il est toujours possible d’oublier la beauté des ingrédients premiers. La nourriture du quotidien peut être regardée d’un œil nouveau, totalement différent. Les couleurs, les textures et les motifs naturels sont spectaculaires. Pour bien les voir, il suffit de s’arrêter, de les regarder intensément, au plus près.

Pour ce projet, j’ai photographié certains composants que je trouve incroyablement beaux, d’autant plus lorsqu’on les regarde de près. Il s’agit notamment des lamelles fascinantes d’un champignon, de tiges rouges sang d’une bette à carde ou des motifs, des couleurs fascinantes de la peau et des écailles d’un maquereau. J’ai aussi exploré quelques éléments souvent oubliés comme le chou de Milan, le café et les alvéoles des ruches.

Ma configuration technique pour ces prises de vues s’appuie sur un FUJIFILM GFX 50S et un objectif GF120mmF4 R LM OIS WR Macro. Un bon objectif macro est un outil majeur pour tout photographe culinaire. Le GF120mmF4 est mon premier choix lorsque j’emploie des objectifs GF. J’aime aussi utiliser le GF110mmF2 R LM WR (mon objectif préféré) avec un tube allonge macro.

J’adore utiliser la lumière du jour pour photographier la nourriture, mais, le plus souvent, je trouve cette lumière trop plate ou trop changeante au cours de la journée. Durant les mois d’hiver, même si, par chance, la lumière est belle, à l’approche du soir, sa qualité se détériore et d’autres sources lumineuses interfèrent sur la couleur des aliments. Dès lors, si vous éclairez les aliments, vous bénéficiez d’un contrôle total de la qualité, de la quantité, de la direction, de la stabilité et de la couleur de la lumière.

Mon approche générale de l’éclairage consiste à créer une lumière douce semblable à celle d’une grande fenêtre en utilisant une grande boîte à lumière ou un parapluie large, et à diffuser à nouveau à l’aide d’un diffuseur pop-up. Je contrôle ensuite cette lumière avec des réflecteurs, des panneaux de mousse noir et blanc et des drapeaux.

Cela dit, ici, j’ai voulu insister sur les détails. J’ai donc éclairé avec une seule source associée à une boîte à lumière sans diffuseur. J’ai positionné ce système assez bas pour profiter d’une lumière rasante sur chaque élément. J’ai réglé l’ouverture entre F16 et F22, en gardant une sensibilité ISO aussi faible que possible.

Le GF120mmF4 s’est très bien comporté. Il est beau et performant et, malgré sa taille, il bénéficie d’un autofocus rapide. Je ne disposais pas le tube allonge macro pour atteindre le rapport macro 1:1. Je me suis approché des lamelles des champignons aussi près que possible, et même recadrée, la résolution reste élevée. Je suis vraiment impressionné par le niveau de détail de ce capteur. J’ai également été étonné par la qualité de la mise au point de l’appareil en basse lumière. Même si je ne voyais pas clairement le sujet dans le viseur, l’appareil était capable de faire avec précision une mise au mise au point correcte.

Actuellement, le GFX 50S est de loin mon appareil photo préféré. Il est bien équilibré. Sa prise en main est confortable et il fonctionne comme n’importe quel autre appareil photo FUJIFILM. Si vous avez utilisé un X-T30, vous ne serez pas perdu dans les réglages. Et même si vous n’êtes pas familier des appareils FUJIFILM, si vous maîtrisez les notions de vitesse d’obturation, d’ouverture et de sensibilité ISO, vous serez capable d’utiliser cet appareil et de prendre des images instantanément.