Tony Hage

France
Profile

Né à Beyrouth en 1961, Franco-Libanais, Tony Hage arrive à Paris à 17 ans. Il sort quatre ans plus tard diplômé assistant réalisateur d’une école de Cinéma et se consacrera ensuite à la photographie.

Ses photographies sont publiées dans la presse internationale par l’intermédiaire de l’Agence Gamma et MaxPPP (Times, Independant, Paris Match, Gala, L’Express, Le Point, Marianne, Actuel, Voici, Le Parisien, Le Figaro Magazine ...) et dans les grands titres de la Presse du Proche Orient.

Tony Hage symbolise la passerelle entre l’Occident et le Moyen-Orient. A travers sa photographie, il capture des morcellements d’époque qu’il rend intemporelles, redonnant vie au passé. Dans ses dernières expositions dans le cadre du Festival Photomed, une série de portraits réalisés entre 1981 et 1985, des personnalités orientales et occidentales telles que Catherine Deneuve, Dizzy Gillespie, Clint Eastwood, Yves Saint Laurent, John Huston, Youssef Chahine, Camille Chamoun, Amin Maalouf, Raymond Eddé, Ilham Chahine, Jean-Luc Godard, Marcello Mastroianni... illustrent ce Melting pot culturel.

Tony Hage est par ailleurs co-fondateur de l’agence de photographie Toromoro et membre fondateur du Festival Photomed Liban.

Comment

J’ai la nostalgie de ma ‘’période argentique’’ d’un appareil photographique souvent allégé avec des optiques à focales fixes, avec dans mon sac des films couleurs de tonalités différentes, des films noir et blanc... J’ai retrouvé avec les appareils de la série X de Fujifilm ces sensations de liberté et de légèreté lors de mes reportages. Le matériel est performant, esthétique, discret, pratique (ce double viseur, optique et électronique !), les objectifs sont d’une excellente qualité, et la possibilité du choix d’un des différents films connus de la marque, intégrés au menu est loin d’être anodin. Une fois apprivoisé ! Mon Fujifilm ne me quitte plus En bref, j’ai repris plaisir de garder un appareil photo sur moi en toutes circonstances.

© FUJIFILM Corporation